Equipes du Rosaire

Suivons Marie, à l'écoute de l'Evangile !


Thème de l'année : Marie Reine et Servante


                      Les équipes du Rosaire :

 Equipe de St Victurnien I : 8 personnes, 3 veilleuses.

 Equipe de St Victurnien II : 5 personnes. 

 Equipe de Cognac : 6 personnes, 1 veilleuse - Responsable:  Huguette

 Equipe de Javerdat : 5 personnes.

 Equipe de St Junien I : 3 personnes -  Responsable : Josette Vergnaud.

 Equipe de St Junien II : 6 personnes, 3 veilleuses - Responsable : Ghislaine

 Equipe de St Junien III : 4 personnes, 3 veilleuses - Responsable : Anny

 Equipe de St Junien IV : 7 personnes, 1 veilleuses - Responsable : Gisèle

 Equipe de St Junien V : 4 personnes - Responsable : Lala

 Equipe de La Fabrique : 3 personnes

 Equipe d’Oradour : 3 personnes

 Equipe de St Brice : 5 personnes


Contact : Line Minet line.minet@live.fr

Rassemblement des responsables des équipes du Rosaire - 9 sept 2021 - Saint Junien

Thème de l'année 2021 - 2022

Marie Reine et Servante
 
 La mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, invoquée sous le nom de “Marie Reine” a lieu le 22 août, huit jours après la grande fête mariale de l’Assomption. Instituée en 1954 par le pape Pie XII, la célébration de Marie Reine revêt une signification bien particulière, car le couronnement de Marie au ciel l’associe à l'œuvre rédemptrice de son Fils, Jésus.
 
 Marie Reine : que signifie la royauté de la Vierge Marie ? 
D’où vient le nom de Marie Reine ? 

Lorsque nous contemplons les différentes représentations de la Vierge Marie, nous constatons que bien souvent une couronne orne sa tête, telle une reine ; à la différence des saints qui sont représentés par une auréole. Mais pourquoi dit-on que Marie est reine ? D’où lui vient cette appellation de “Marie Reine” ? 
 
Depuis toujours, le peuple chrétien a reconnu que Marie est reine du ciel et de la terre en raison de sa maternité divine : Marie est “mère du Seigneur” (Luc 1, 43). Elle est mère de celui dont “le règne n’aura pas de fin” (Luc 1, 33). 
 
De nombreux saints et théologiens ont également décernéle titre de Reine à la Vierge Marie à partir du IVe siècle. Saint Jean Damascène écrivait aussi : « Elle est véritablement devenue la souveraine de toute créature quand le Créateur a fait d’elle sa propre mère ». 
 
La Constitution sur l’Église du Concile Vatican II indique à propos de la royauté de la Vierge Marie : “Marie fut élevée corps et âme à la gloire du ciel, et exaltée par le Seigneur comme la Reine de l’univers, pour être ainsi plus entièrement conforme à son Fils” (Lumen Gentium, 59).
 
Ainsi, Marie, à l’image de son fils Jésus qui a donné sa vie pour nous et qui “est venu, non pour être servi, mais pour servir” (Matthieu 20, 28), exerce une royauté d’amour pour le monde. 
 
Tout au long de sa vie, Marie s’est faite la servante du Seigneur, et à présent couronnée au ciel, elle est reine en nous aidant et en nous aimant, nous ses enfants !
 
Dans son homélie du 22 août 2012, Benoît XVI disait de Marie : “Elle est la Reine du ciel, proche de Dieu, mais elle est aussi la mère qui est proche de chacun et de chacune de nous, qui nous aime et qui nous écoute.”
 
 La fête de Marie Reine, dans la lignée de l’Assomption
 
Les chrétiens attribuant le titre de “Marie Reine” à la Sainte Vierge depuis des décennies, le pape Pie XII ne fait qu’officialiser cette tradition lorsqu’il institue la fête de la royauté de Marie. 
Originellement fixée au 31 août, la mémoire de Marie Reine est aujourd’hui célébrée le 22 août par l’Église catholique, huit jours après la fête de l’Assomption de Marie. Ces deux fêtes - l’Assomption et la fête de Marie Reine - célèbrent en réalité un seul mystère : l’élévation, corps et âme, de Marie et son couronnement en tant que Reine du ciel. 
Dans son encyclique Ad coeli Reginam, le pape Pie XII l’explique ainsi : « La solennité de l’Assomption se prolonge joyeusement par la célébration de la fête de la royauté de Marie qui a lieu huit jours plus tard et dans laquelle l’on contemple celle qui, assise à côté du roi des siècles, resplendit comme reine et intercède comme mère ».
 
 Mais demandons-nous à présent : que veut dire Marie Reine ? 

Est-ce seulement un titre uni aux autres, la couronne, un ornement parmi d’autres ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cette royauté ? Comme on l’a déjà dit, c’est une conséquence du fait qu’elle est unie au Fils, qu’elle est au Ciel, c’est-à-dire en communion avec Dieu ; elle participe à la responsabilité de Dieu pour le monde et à l’amour de Dieu pour le monde. 
Il y a une idée vulgaire, commune, de roi ou reine : ce serait une personne ayant du pouvoir, de la richesse. Mais ce n’est pas le type de royauté de Jésus et de Marie. 
Pensons au Seigneur : la royauté et le fait d’être roi pour le Christ est mêlé d’humilité, de service, d’amour : c’est surtout servir, aider, aimer. 
Rappelons-nous que Jésus a été proclamé roi sur la croix. Son trône : deux vulgaires planches de bois, sa couronne : une couronne d’épines… A ce moment-là sur la croix, il est montré qu’Il est roi ; et comment est-il roi ? En souffrant avec nous, en souffrant pour nous, en aimant jusqu’au bout, et ainsi, il gouverne. 
Ou pensons aussi à cet autre moment : lors de la Dernière Cène il se penche pour laver les pieds des siens. 
Donc la royauté de Jésus n’a rien à voir avec celle des puissants de la terre. C’est un roi qui sert ses serviteurs ; ainsi l’a-t-il démontré pendant toute sa vie. Et il en est de même pour Marie : elle est reine dans le service à Dieu à l’humanité, elle est reine de l’amour qui vit le don de soi à Dieu pour entrer dans le dessein du salut de l’homme. 
A l’ange elle répond : Me voici, je suis la servante du Seigneur (cf. Lc 1, 38), et dans le Magnificat, elle chante : Dieu a vu l’humilité de sa servante (cf. Lc 1, 48). Elle nous aide. Elle est reine précisément en nous aimant, en nous aidant dans chacun de nos besoins ; elle est notre sœur, humble servante.
 
 Comment Marie exerce-t-elle cette royauté de service et d’amour ? 

Marie veille sur nous, ses enfants. Nous nous adressons à Elle dans la prière, pour la remercier ou pour lui demander sa protection maternelle et son aide céleste, peut-être après avoir égaré la route, opprimés par la douleur ou par l’angoisse à cause des tristes et durs événements de la vie. 
Dans la sérénité ou dans l’obscurité de l’existence, nous nous adressons à Marie, en nous confiant à son intercession constante, afin qu’elle puisse nous obtenir de son Fils toutes les grâces et miséricordes nécessaires dans notre pèlerinage le long des chemins du monde. 
Nous nous adressons avec confiance à Celui qui gouverne le monde et qui a en main les destins de l’univers, au moyen de la Vierge Marie. 
Depuis des siècles, elle est invoquée comme céleste Reine des cieux ; dans la prière du saint Rosaire, au cinquième mystère glorieux, huit fois elle est implorée dans les litanies de Lorette comme Reine des anges, des patriarches, des prophètes, des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des vierges, de tous les saints et des familles. 
Le rythme de ces antiques invocations et prières quotidiennes, comme le Salve Regina, nous aident à comprendre que la Sainte Vierge, comme notre Mère auprès de son Fils Jésus dans la gloire du Ciel, est toujours avec nous, dans le déroulement quotidien de notre vie. 
Le titre de Reine est donc un titre de confiance, de joie, d’amour. Et nous savons que celle qui a en partie en mains les destinées du monde est bonne, elle nous aime et nous aide dans nos difficultés.
La dévotion à la Vierge est un élément important de la vie spirituelle. Dans notre prière, nous ne manquons pas de nous adresser à Elle avec confiance. Marie ne manquera pas d’intercéder pour nous auprès de son Fils. 
En tournant notre regard vers Elle, imitons sa foi, sa pleine disponibilité au projet d’amour de Dieu, son accueil généreux de Jésus. 

Apprenons à vivre de Marie. Marie est la Reine du ciel proche de Dieu, mais elle est également la mère proche de chacun de nous, qui nous aime et écoute notre voix.